ita | eng | fre | esp | deu

Promo & Solidarietà 2014

Interview au Directeur général de Packcenter

Maurizio Gaffeo, Directeur général de Packcenter Srl, nous raconte l'initiative de solidarité en faveur de la Communauté Pape Giovanni XXIII qu'ils sont en train de réaliser pendant ces semaines et le chemin qui a conduit l'entreprise jusqu'à ici.

Où se situe la relation entre votre entreprise et la Communauté Pape Giovanni XXIII?

Elle commence en 2007, quand Packcenter, né il y a une trentaine d'années à Imola, rejoint le Groupe Bonori et continue une relation de longue date avec la Communauté. Cette relation est née de la connaissance personnelle parmi les fondateurs des deux réalités: Ing. Giancarlo Bonori et Don Oreste Benzi.

 

Que fait Packcenter?

L'entreprise s'est toujours occupée, dès le début, de la commercialisation de produits du monde du bricolage. Au fil du temps, elle s'est spécialisée dans une modalité de vente devenue une caractéristique de l'entreprise: la fourniture et la gestion d'initiatives promotionnelles dans le point de vente. D'autre part, elle a également développé les produits traités: d'abord quincaillerie, électrique, puis hydraulique, outils électriques, jardinage, outils ménagers jusqu'aux produits de la petite enfance, de 0 à 3 ans.

Avec l'entrée dans le groupe Bonori, l'entreprise commence la relation et la vente de ces produits à toutes les chaînes italiennes GDO (Grande distribution distribuée, à savoir alimentaire) et GDS (Grande distribution spécialisée, comme par exemple Brico et autres). Sodifer et La Ferramenta Srl. font partie du groupe.

 

Aujourd'hui, Packcenter travaille avec la communauté thérapeutique Durazzanino à Forlì. Pouvez vous nous expliquer cette relation?

La communauté de Durazzanino, depuis 2007, s'occupe d'emballer les produits pour nous. Certains des produits que nous traitons sont achetés en vrac et doivent être emballés. Initialement, Durazzanino était l'une des réalités avec lesquelles nous travaillions pour ce type d'activité, mais au fil du temps, nous avons réussi à leur confier tous nos produits qui nécessitent un emballage, quel que soit le format d'emballage.

 

Du point de vue économique, quelle est la valeur de cette relation pour l'entreprise?

En 2013, les activités d'emballage du groupe Bonori confiées aux réalités et aux coopératives de la Communauté ont produit un chiffre d'affaires de 350.000 euros. En effet, même l'autre société du groupe, Sodifer, travaille avec une communauté à Sant'Arcangelo di Romagna.

 

Et quelle est la valeur pour les communautés thérapeutiques?

La rémunération pour le travail effectué, déterminée en fonction de la valeur économique du marché, permet aux réalités de subvenir aux besoins économiques. Mais il y a un autre élément, moins tangible pour nous, mais plus significatif pour les garçons et qui nous est confirmé par les gens qui les suivent dans la communauté: la valeur régénératrice de faire quelque chose pour eux-mêmes,  se doter de règles, la valeur curative de faire quelque chose, donner un sens à la journée. La valeur de rééducation du travail.

Enfin, il y a des choses que je rate, mais Massimo, qui est responsable de Durazzanino, me les montre. Par exemple, la reconnaissance que les jeunes tirent de la relation avec nous. Par exemple, la première fois que j'ai passé le déjeuner avec eux. Pour moi, c'était normal, puis le soir, Massimo m'a envoyé un message pour me remercier, il m'a écrit "tu ne réalise pas la valeur de ta présence pendant le déjeuner avec les garçons" Je sentais que je devais dire merci, parce qu'ils m'avaient donné de la nourriture et ils avaient passé deux heures ensemble. Entrer en contact avec le monde "normal" et voir qu'ils pouvaient encore avoir une relation avec ce monde était très important pour eux.

Comment vivent cette relation les travailleurs de l'entreprise?

En décembre 2013, l'activité des jeunes s'est déplacée vers une propriété à côté de notre établissement. Cela a été une étape importante, car elle nous a donné la possibilité d'un contact direct, professionnel mais aussi humain et personnel.

La logistique, le bureau d'achat, et moi, nous n’étions plus des voix au bout du fil, mais des visages, des gens avec qui travailler, qui donnent le sens de la récupération de la normalité de la vie. Aujourd'hui, quand je serai libre, j'irai prendre un café ou déjeuner avec les garçons, et les autres employés aussi.  Parfois, ils apportent également des gâteaux ou des beignets pour faire un petit creux ensemble. Pour nous c'est l'occasion d'affronter ce genre de réalité et pour les jeunes c'est l'opportunité de rendre "naturel" leur insertion dans le monde du travail. Ils se sentent encore plus partie de la chaîne qui commence quand j'achète les marchandises et termine lorsque nos produits arrivent dans les rayons, comme moi ou le magasinier ou l'acheteur.

Récemment, en collaboration avec la communauté, des garçons, pour leurs connaissances et  compétences spécifiques ont accompli des travaux administratifs et de bureau.

 

Compte tenu de l'expérience positive, à la fois humaine et économique, pensez-vous que cela peut être un modèle qui peut également être appliqué par d'autres entreprises?

Je ne veux pas trop souligner la valeur économique, même s'il y en a. Nous ne choisissons pas de travailler avec ces jeunes parce que nous les payons moins, en effet notre relation est économique et de marché, mais nous donnons l’occasion de travailler à une réalité qui transforme cette subsistance  en quelque chose d'autre. Ce n'est pas quelque chose de plus ou moins d'un employé père de famille, mais c'est quelque chose de différent qui contribue à tout ce que fait la Communauté. C'est là que notre relation s'élargit, de la relation entre Bonori et Don Oreste, à celle de Packcenter et Durazzanino et toute la Communauté

 

Qu'est ce qu'il y a d'autre?

Des choses qui ont été d'une grande importance pour nous, comme le fait que le Noël dernier, nous avons choisi les paniers d'une autre coopérative de la Communautè, La Madre Terra. Chaque année, nous donnons les paniers à nos employés, cette année nous avons choisi de les acheter d'une réalité s'occupant de personnes handicapées, en mettant beaucoup plus. Dans la même période, les jeunes de Durazzanino sont venus travailler près de nous, et la relation s' est étroite.

Et puis, Marco Panzetti, responsable fundraising de la Communauté, à Noël est venu chez nous. Il a rencontré les employés, il leur a expliqué qui était la Communauté et d'où venaient leurs paniers de Noël. Jusque-là, seulement qui travaillait dans l'entrepôt et était responsable d'envoyer le matériel à travailler connaissait la Communauté, ou qui travaillait dans l'administration. A ce moment-là, la communauté est venue nous saluer et nous dire d'où venaient les cadeaux de Noël. La valeur économique des paniers pour nos 40 employés n’a été peut-être pas décisive pour La Madre Terra, mais cette relation nous a permis d'élargir la relation humaine entre nous et APG. On peut le considérer un grand pas en avant par rapport à ce que le groupe avait fait jusque là, limité à la relation entre certaines figures. Depuis lors, cependant, d'autres choses sont nées: par exemple, au début de cette année, les trois entreprises du Groupe se sont engagées à promouvoir le 5x1000 en faveur de la Communauté.

 

Bonori a influencé le Groupe, vous avez été, à votre tour, heureusement influencée et vous avez impliqué toute l'entreprise dans cette relation. Le fruit de ce chemin est l'initiative qui vous voit impliqué en faveur de "Un Pasto al giorno". Voulez vous l'expliquer?

Cette initiative est fille d'un tissu que nous avons construit ensemble, un soir autour d'une table lorsque Marco Panzetti et moi nous nous sommes demandés ce que nous pouvions faire ensemble. Packcenter a mis à disposition son expertise spécifique, à savoir construire des espaces promotionnels au sein de la GDO, en faveur des activités d'APG. Comme un tazebao, comme un véhicule publicitaire important pour la présence dans les supermarchés, je peux être un canal d'information et cette fois ce ne sera pas pour mes produits mais pour "Un Pasto al giorno". Je ne me suis pas arrêté ici: j'ai aussi choisi de donner une partie de la vente des produits directement au projet.

 

Vous êtes en train de proposer votre initiative à vos clients, les chaînes de la grande distribution. Quelles réponses obtenez-vous?

Ils apprécient notre valeur ajoutée. Je leur présente mes produits, mais cette fois je leur offre l'opportunité supplémentaire de dire à leurs clients "vous pouvez connaître et vous informer en achetant un produit». Je ne me présent pas avec une proposition commerciale, la question de la vente et de la négociation des produits, passe presque à l'arrière-plan, parce que je ne suis pas à côté d'eux pour parler de produits mais d'une initiative de solidarité.

Packcenter est disponible avec toute la valeur communicative d'une initiative nationale de grande visibilité telle que celle qui impliquera la Communauté en septembre sur toutes les places de l'Italie. En termes de communication, c'est une valeur ajoutée, un grand moment institutionnel lié à l'initiative.
On nous a dit: "Votre engagement est vrai, parce que vous dites que vous allez donner une partie du produit de la vente, mais vous proposez vos produits toujours au même prix, alors vous mettez vraiment la volonté de soutenir la Communauté". D'autres entreprises, lorsqu'elles font des initiatives similaires, augmentent le prix du produit plus que la valeur qu'elles déclarent de donner. Peut-être que je ne suis pas aussi bon en tant qu'entrepreneur, mais la donation pour "Un Pasto al giorno" je la fais vraiment,  je n'ai pas crée cette initiative pour faire semblant de la faire. A partir de septembre, l'initiative touchera de nombreuses chaînes de la grande distribution italienne. Pour toutes les mises à jour sur les points de vente impliqués cliquez ici ou visitez le site unpastoalgiorno.org.

Our brands

This site uses cookies. By accessing this website, you agree that we may store and access cookies on your device. Click here to more info. OK